© 2017 STORK MASTERING    Mentions légales

contact@stork-mastering.com - 06 67 25 46 14

rue de Drusenheim 67850 HERRLISHEIM

B L O G

Qu'est-ce que le mastering ?

8/12/2017

Le mastering peut parfois paraître un peu obscur, voire mystérieux. Comment ça se déroule ? Dans quel but ?

Explications...

 

Après l'enregistrement et le mixage, le mastering est la dernière étape de traitement avant la diffusion d'un projet audio.

 

Son objectif est de corriger au mieux les éventuels défauts du mix, d'améliorer le rendu pour que l'écoute soit agréable et homogène en toutes circonstances, et de rendre le fichier final conforme aux standards techniques du support auquel il est destiné (CD, streaming, clip vidéo, jeux vidéo, broadcast, …).

 

 

Le mastering se situe à mi chemin entre "L'art et la Science" pour citer Bob Katz, un ingénieur de mastering immensément reconnu dans le monde de la production musicale.

 

Le processus comprend différentes étapes...

 

 L'écoute

 

L'ingénieur de mastering va tout d'abord écouter le projet avec des oreilles fraiches, dans une pièce à l'acoustique contrôlée, avec des enceintes de monitoring spécifiques extrêmement précises, fidèles et neutres.

Il en résulte une première analyse totalement objective qui permet de détecter les problèmes qui seraient passés inaperçus au mixage, et de se faire un premier avis sur les améliorations à apporter.

 

Chez STORK Mastering, c'est la marque PSI Audio qui est à l'honneur, avec des moniteurs extrêmement précis et équilibrés.

 Les traitements

 

A partir de là, on commence le traitements des fichiers à différent niveaux.

  • Correction du bruit, des clics, des buzz et de toutes les imperfections qui peuvent apparaître.

  • L'égalisation, pour ajuster l'équilibre tonal ou corriger des fréquences ou résonnances problématiques.

  • La compression, pour sculpter la dynamique et rendre l'ensemble plus homogène, compact ou punchy.

  • La stéréo, pour corriger d'éventuels problème d'image stéréo trop diffuse, ou trop refermée par exemple.

  • Et… une infinité d'autres possibilités qui dépendent de chaque projet…

 

A noter que tout ces traitements ne sont pas forcément systématiques, un très bon mix ne demandera que peu d'ajustements, c'est aussi ça, un bon mastering !

On sait aussi rester sobres chez STORK Mastering, les traitements ne sont appliqués que s'ils sont nécessaires.

 

Les traitements sont réalisés soit en numérique avec des plugins, soit en analogique avec du matériel dédié, soit un mélange des deux ! Tout dépend du résultat que l'on souhaite obtenir.

 

 

 Le rendu final et la gestion du "loudness"

 

Notre morceau est désormais sous son meilleur jour, il faut maintenant l'exporter en évitant les dégradations en fonction du support auquel il est destiné.

Il y a beaucoup de considérations très techniques, nous n'allons pas entrer dans les détails ici.

 

Un point très important concerne le "loudness", c’est-à-dire le volume intrinsèque de notre morceau.

Plus on va pousser le volume, plus le morceau va être "écrasé"  et perdre de la dynamique. Il faut donc trouver le juste équilibre.

C'est à cette étape que l'on utilise un limiteur pour que l'ensemble reste "dans les clous".

Il n'y a pas de règle absolue mais la plupart des supports et moyens de diffusion imposent certaines normes et conventions.

 

Chez STORK Mastering, on s'efforce de conserver une belle dynamique pour des morceaux vivants, et de respecter au mieux le "loudness" idéal inhérent à la plateforme ciblée.

 

Les éventuels fondus (en fin de morceau par exemple) sont également réalisés à ce moment là, après tous les traitements.

 

On va aussi s'assurer que le fichier final ne posera pas de problème lors d'un encodage mp3 ou aac pour une diffusion sur les plateformes numériques, et on va effectuer diverses conversions de format en fonction du support (44 khz 16 bits pour un CD, 48 khz 24 bits pour de la vidéo, …) 

 Le montage DDP

 

Ceci ne concerne que le support CD.

Afin de pouvoir envoyer le projet à une usine de pressage, il faut générer un fichier DDP spécifique.

Le montage consiste à mettre les morceaux dans l'ordre, ajuster le volume de chaque morceau en fonction des autres, définir les pauses entre les pistes, remplir les métadonnées (artiste, titre, auteur, code ISRC, code barre EAN,…)

 

 

Pour conclure, j'ajouterai simplement que le mastering n'est pas magique. Pour un bon master, il faut un bon enregistrement et un bon mixage. Lors de la première écoute, l'ingénieur de mastering peut parfois vous faire part de certains soucis qu'il serait bon de corriger au niveau du mixage pour permettre un mastering dans de bonnes conditions.

 

Voila pour cette première approche, nous avons bien sur à peine effleuré les différentes étapes, mais j'espère vous avoir un peu éclairés sur le sujet.

 

Lors d'une session chez STORK Mastering, nous prenons le temps d'échanger avec vous sur chacune de ces étapes, car chaque projet est unique.

 

N'hésitez-pas à commenter ou à poser vos questions!

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload